Forum Medieval-WarGame

FAQ - Rechercher - Liste des membres - Groupes d'utilisateurs - Connexion - Inscription



   Medieval-WarGame
   Autres Editions (+ de 2 mois)
   Un peu d'histoire (Mai 2012)

  Bas
  Page : 1  
Auteur
   Un peu d'histoire (Mai 2012)  
 
Pgi
Marquis
Posté le 01/05/2012 à 12:03:13
Voir le profil de Pgi Editer le sujet Répondre à ce message Envoyer un message privé à Pgi  
 
 



Etat du membre Hors ligne
Messages : 1 315
Depuis : 24/04/2011

 
Histoire

Chaque mois revivez des batailles ou des anecdotes historiques

par Feu Grégeois

La bataille d'Hastings (1066)



carte des différentes batailles menées par Harold durant cette periode


Janvier 1066. Le roi d'Angleterre, Edouard le Confesseur, venait de mourir.Il n'avait aucun héritier direct, mais trois personnes faisaient valoir des droits sur la couronne: le prince Edgar l'Atheling, Harold, fils de Godwin, et Guillaume, duc de Normandie surnommé par la suite le Conquérant.
Des trois,Edgar avait le plus de droits; Harold était l'homme le plus puissant du pays et l'on disait qu'Edouard le Confesseur l'avait choisi comme successeur sur son lit de mort. Guillaume, de son côté, avait reçu du roi la même promesse, et Harold aurait juré jadis de lui donner son appui.
Il fallut régler la question par les armes. Harold s'empara de la couronne, fort de l'adhésion de la plupart des anglais. Guillaume jugea qu'il avait manqué à sa parole et mit aussitôt sur pied une armée d'invasion. Harold avait des chances de battre Guillaume: il disposait d'une armée excellente et était lui même bon guerrier.
Malheureusement il eut à affronter deux ennemis à la fois et vers la même époque: le roi de Norvège, au Nord, et le duc de Normandie, au Sud. Sans hésiter, Harold marcha vers le Nord et infligea une défaite écrasante aux norvégiens à Stamford Bridge.
La bataille se terminait lorsqu'on lui dit que Guillaume débarquait dans le Sussex; il se précipita aussitôt vers le Sud. En arrivant à Londres, il apprit que le duc de Normandie avançait très prudemment, en progressant le long de la côte. Alors, sans attendre le reste de son armée, il se prépara à livrer bataille; ce qui fut là une grave erreur.
Guillaume accueillit avec soulagement la nouvelle de l'approche de son adversaire: il laissa son camp à Hastings et s'apprêta à passer à l'attaque.

L'armée anglaise



Javeline


A Senlac, les anglais occupaient une bonne position. L'armée s'étairait le long d'une crête dominant le pays en pente douce. Les flancs étaient protégés d'un côté par un cours d'eau, de l'autre par une falaise à pic.
Il était donc impossible de les contourner: l'ennemi ne pouvait se présenter que de front, en grimpant sur la colline. Sur la crête, les soldats anglais se tenaient serrés côte à côte, si près que leurs boucliers formaient une sorte de rempart. Leurs rangs étaient grossis par les Housecarles, la fleur de l'armée de Harold, et sans doute la meilleure infanterie d'Europe.
Mais il y avait aussi des troupes moins sûres, les hommes de la milice, soldats recrutés en hâte qui arrivaient de leurs fermes, sans aucune expérience.
Les anglais disposaient de javelines, de piques et de haches d'armes, mais ils ne possédaient ni archer, ni cavaliers.
Les normands, au contraire, avaient une cavalerie aux lourdes armures, dont les hommes étaient munis de lances et d'épées. Leur infanterie se composait principalement d'archers.


Aux Armes!


Extrait de la tapisserie représentant une partie de la bataille

Le combat commença à 9 heures du matin. Les archers normands avancèrent, confiants dans leur force, car ils savaient que les anglais ne pouvaient réagir.Calmement, sans hâte, ils laissèrent pleuvoir une grêle de flèches sur les rangs ennemis. Mais cela fut sans effet: la plupart des projectiles tombaient sur le rempart de boucliers anglais. Bientôt, leur réserve de flèches s'épuisa et ils durent se retirer
Malgré cet échec, Guillaume de Normandie procéda à la deuxième phase du combat et lança son infanterie à l'assaut. Les anglais purent alors se défendre. Ils se saisirent de leurs javelines dès que les normands, qui grimpaient la colline en courant, arrivèrent à leur portée. Lancées d'en haut avec une force terrible, elles entrèrent dans les armures ennemies comme dans du beurre. L'attaque fut ainsi repoussée tout au long des lignes. Sur la gauche, les troupes normandes tournèrent les talons et prirent la fuite.
Harold avait donné l'ordre formel de ne quitter les rangs en aucun cas; mais c'en était trop pour les hommes des milices qui, voyant l'ennemi fuir, le poursuivirent avec des cris sauvages. Sitôt en bas de la colline, ils payèrent cher leur impétuosité, car la cavalerie normande ne tarda pas à les massacrer.
Cependant, le front anglais demeurait intact: les tentatives d'ouverture de Guillaume avaient été sans succès. Il envoya donc sa cavalerie: à son tour elle fut battue. Les anglais semblaient invincibles en combat singulier; leurs haches d'armes, que les normands avaient méprisées, les considérant comme démodées, se révèlent très meurtrières. Maniées avec force, elles écrasèrent les haumes des assaillants comme des coquilles de noix . Une fois encore, les normands furent repoussés et massacrés.
Mais Guillaume était un homme plein de ressources. Tout d'abord il conseilla à ses archers de tirer en hauteur afin que les flèches retombent verticalement sur les anglais. Cette méthode provoqua de nombreux morts et blessés dans l'armée ennemie.
Pour en finir , il est à peu près certain que Guillaume eut recours à un stratagème. Il ordonna à une partie de ses troupes de faire semblant de fuir.
Les hommes d'Harold ne purent résister à nouveau au plaisir de les poursuivre et, dans la mélée confuse qui suivit, la cavalerie entrainée par des normands prit l'avantage.


La mort d'Harold



Extrait de la tapisserie représentant la mort d'Harold


La bataille prit vraisemblablement fin avec la mort d'Harold. A cette époque, la perte du commandant en chef avait une importance considérable, car la direction des opérations était alors laissée au hasard. On ne connait pas exactement les circonstances de cette mort. Le seul témoignage important que nous en ayons est la tapisserie de Bayeux (voir l'extrait ci dessus), qui relate l'ensemble de la bataille d'Hastings. On peut y lire hic Harold rex interfectus est(Ici le roi Harold a été tué). On a longtemps cru que le roi était l'homme qui retire une flèche de son oeil parce que le mot Harold se trouve juste au dessus de sa tête. On pense aujourd'hui qu'il serait plutôt celui qui s'écroule aux pieds d'un cavalier normand, un peu plus à droite.
Après la mort de Harold, les normands remportèrent une victoire écrasante et l'Angleterre vit des étrangers prendre la tête du gouvernement, lui imposant leurs coutumes et leur langue: leur influence sur son histoire fut importante.

__________________________
Admin' Jeu & Forum

 
  Page : 1

Aller à :

   Medieval-WarGame
   Autres Editions (+ de 2 mois)
   Un peu d'histoire (Mai 2012)

Haut



Copyright Mes-Forums
Version 2.1.8 © 2003-2017